Archive - éditoriaux

Nous avons besoin de votre soutien

Crowdfunding pour la campagne «Démocratie sans les femmes ?!»
https://wemakeit.com/projects/demokratie-ohne-frauen?locale=fr

FRI - Gender Law - Crowdfunding


Newsletter FRI 2020#3 - éditorial

Chères lectrices, chers lecteurs

Le confinement en vue d’endiguer la maladie du coronavirus est achevé en Suisse et les écoles ainsi que les établissements de garde d’enfants sont en grand partie à nouveau ouverts. Dans de nombreuses branches, une activité professionnelle régulière est à nouveau possible. Cependant, la pandémie continue d’avoir des répercussions en Suisse, tant sur le plan sanitaire que sur les plans social et économique. Il est apparu rapidement et clairement que le sexe et d’autres facteurs de discrimination peuvent renforcer les conséquences négatives de cette crise (voir également la NL 2020#2).

Newsletter 2020#2 - éditorial

Le droit fondamental à la santé est applicable dans le monde entier (cf. par exemple l’article 12 du pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (Pacte ONU I) et l’article 25 de la Déclaration universelle des droits de l’homme). Son accès demeure cependant fermé à de nombreuses personnes et dépend de l’éducation, des revenus, du système de santé publique et d’autres facteurs tels que l’âge ou le sexe. L’observation générale N°14 (2000) sur l’article 12 du Pacte ONU I concernant le droit au meilleur état de santé susceptible d'être atteint recommande ainsi explicitement à tous les Etats membres d’intégrer une perspective sexospécifique dans la planification et la fourniture des prestations de santé et de prélever les données correspondantes afin de pouvoir identifier les inégalités dans la fourniture des prestations de santé (point 20). Afin d’éliminer les discriminations à l’encontre des femmes*, une stratégie nationale globale visant à promouvoir leur droit à la santé y est jugée nécessaire (point 21).

Newsletter 2020#1 - éditorial

L’extension de la norme pénale antiracisme a été adoptée ce 9 février 2020 avec une majorité impressionnante. La campagne du oui, en particulier des organisations lesbiennes et gaies, s’est focalisée sur la protection contre la discrimination et a conduit à ce que plus de 60 % des votant?e?s ont approuvé une extension de la punissabilité des discours de haine à ceux qui sont fondés sur l’orientation sexuelle. Le dimanche de la votation a été un soulagement: du moins si on interprète ce résultat comme étant l’expression d’un consensus de la société sur le fait que les orientations sexuelles prétendument «déviantes» sont égales à la norme hétérosexuelle et qu’il n’est pas tolérable de les rabaisser.


Newsletter 2019#4 - Editorial

Le 18 décembre 2019, la Convention des Nations Unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDEF), dans son abréviation anglaise CEDAW, fêtera ses 40 ans. Cet anniversaire est l'occasion de souligner l’importance de cet instrument de droit international et son potentiel dans la lutte contre les discriminations fondées sur le genre. Mais le texte de la CEDEF est-il toujours d'actualité ou n’est-il pas déjà dépassé par 40 ans d'évolution sociale, juridique et théorique ?

Newsletter 2019#3 - éditorial

La loi fédérale sur l'égalité entre femmes et hommes (LEg, RS 151.1) perd progressivement de son mordant, comme dans le cas d'un trouble du développement où les dents de lait tombent tard mais ne repoussent pas.

Newsletter 2019#2 - éditorial

Le 14 juin, les femmes* vont faire la grève dans tout le pays. Elles demandent une égalité de fait dans tous les domaines de la vie et ce n’est pas la première fois. Puisque les revendications ne se limitent pas au travail salarié, les femmes* ne feront pas uniquement grève dans le cadre du travail rémunéré mais aussi dans le cadre du travail domestique, du travail d’aide et de soins, de l’école, de la science et de la politique et ce, avec pour but principal, de rendre visible le travail productif et reproductif des femmes* et ceci tant dans l’espace public que privé.

Newsletter 2019#1 - éditorial

« Pour nous, le droit est un moyen parmi beaucoup d’autres pour aborder les rapports de pouvoir ». Melanie Aebli, avocate à Berne, a formulé les points centraux de notre colloque  « Droit en mouvement – Gender Law 2019 ». Guidé?e?s par une utopie féministe, nous nous sommes attelé?e?s ensemble durant trois jours à analyser le droit, à démasquer les contradictions et à effectuer des liens interdisciplinaires. Des avocat?e?s, des étudiant?e?s, des juristes et des activistes se sont rendues au colloque. Pouvoir aborder autant de perspectives a constitué à la fois une joie et un défi.

Newsletter 2018#4 - éditorial

Chères lectrices, chers lecteurs

L’ouverture du «mariage pour tous» ne signifie pas du tout que tout le monde serait pour le mariage. Dans un État libéral, les personnes juridiquement capables devraient cependant pouvoir décider elles-mêmes si elles souhaitent contracter le mariage ou non. Cet été 2018, la Commission des Affaires juridiques du Conseil national a décidé, au terme d’un vote relativement serré, de ne pas procéder à la révision législative en vue de l’ouverture de l’institution du mariage dans le cadre d’une unique révision mais bien dans le cadre de deux étapes ou davantage (communiqué de presse du 6 juillet 2018).


Newsletter 2018#3 - éditorial

Chères lectrices, chers lecteurs

En Suisse, tous les enfants sont actuellement inscrits peu après leur naissance au registre de l’état civil dans une des deux catégories de sexe, « masculin » ou « féminin ». Cette inscription semble constituer une formalité administrative banale mais elle ne l’est pas pour les personnes qui vivent un développement sexuel différent (« intersexe », « Disorders of Sex Development ») et pour les personnes transgenres.